Comprendre et éviter la hausse des prix des matières premières

Depuis le début de l'année 2021, le prix des matières premières, dont le cuivre, fer, acier, aluminium, bois, mais aussi les produits agricoles comme le blé, le soja et le maïs, a fortement augmenté.


En effet, les céréales ont connus une hausse de 22%, le coût du pétrole a augmenté de 30%, le prix du bois a triplé, également celui de l'étain a doublé depuis un an.

Comment expliquer cette hausse des prix des matières premières ? C'est Philippe Chalmin, spécialiste des marchés de matières premières, qui nous éclaircit sur le sujet.

Tout d'abord, la baisse du dollar, qui est la référence internationale en ce qui concerne les matières premières, explique la hausse de celles-ci.

Mais également, les intempéries qui ont de fortes conséquences sur les matières agricoles. En effet, la sécheresse au Brésil a entraînée une augmentation des tarifs du maïs. Aux États-Unis, le temps froid et sec s'est répercuté sur les prix du soja et du blé, tout comme le gel qu'on a connu en Europe, et particulièrement en France.

La géopolitique est également un facteur, notamment concernant les tensions commerciales entre la Chine et l'Australie qui se reflètent sur le prix du charbon et de l'orge.

Mais la principale cause de cette hausse des prix est dû au Covid-19. En effet, la crise sanitaire a créée un décalage entre l'offre et la demande, cette dernière étant plus élevée. Par exemple, la demande Chinoise est désormais plus forte en fer, acier, métaux et céréales et oléagineux, ainsi que les fortes demandes de la part des USA concernant le bois, dû aux nombreuses constructions de maisons, créées un grand écart entre l'offre et la demande.

En France, nous connaissons une forte pénurie en cuivre, métallurgie et chimie, ce qui entraîne une fragilité des entreprises, notamment dans le domaine de l'industrie, le bâtiment, l'agroalimentaire et l'électronique.

Tous ces éléments réunis créent d'importantes tensions entre les pays ainsi qu'un sentiment de pénurie dans le monde, qui n'est pas forcément réel et qui est dû à un fort décalage entre l'offre et la demande.



52 vues0 commentaire